Plus de 300 fiches rando à télécharger gratuitement pour randonner en toute liberté en Provence Alpes ou ailleurs
Logo Eskapad Rando

Les Mourres de Forcalquier

Haute Provence
Les mourres de Forcalquier sont des curiosités géologiques uniques au monde, que l’on peut découvrir lors de cette randonnée familiale
Facile
7 km
2h00
toute l'année
730 m
195 m
rando au milieu des mourres de Forcalquier
randonnée depuis Forcalquier
promenade aux mourres de Forcalquier
decouverte des mourres de Forcalquier

Accès à la randonnée Les Mourres de Forcalquier

Depuis Aix-en-Provence, prendre l’autoroute A51 jusqu’à la sortie Forcalquier. Traverser la Brillane, puis tourner à gauche sur la D4100 jusqu’à Forcalquier. Rejoindre le grand parking derrière la Mairie.

Itinéraire de la randonnée Les Mourres de Forcalquier

Depuis la place de la mairie de Forcalquier, longer la D4100 vers Apt. Peu après le premier rond-point, prendre à droite le chemin des Hybourgues. A son extrémité, tourner à droite sur la piste où l’on trouve les marques rouges et blanches du GR6. Peu avant les antennes relais, prendre à gauche un petit sentier. Remonter ainsi la colline jusqu’à la balise le Grand Travers (725m). Continuer encore 200 mètres avant de s’enfoncer sur votre droite au travers de ces formes étranges. Au loin, les montagnes du Haut Verdon et du pays Dignois tranchent l’horizon. Déambuler selon votre curiosité entre les Mourres en prenant une direction vers le sud-est. Plus bas, retrouver le parking des Mourres. Traverser la route et continuer la descente en suivant les marques jaunes. L’itinéraire traverse plus bas un talweg dans lequel court encore un petit ruisseau au début du printemps. Plus loin, l’itinéraire emprunte une route. Au niveau de la balise Maureisses prendre à droite en direction de Forcalquier situé à 1,5 km.
Lire la suite

Masquer le texte

Topo PDF

Carte de la randonnée Les Mourres de Forcalquier

Vidéo de la randonnée

En savoir plus sur les Mourres de Forcalquier :
 
Les Mourres forment un ensemble de rochers isolés les uns des autres et classés selon cinq types de formes différentes : ondulations, monticules, meules de foin, cylindres, vasques… Autant de masses calcaire dégagées par l'érosion et dont la silhouette n'est pas quelconque mais se décrypte à la lumière de leur mode de formation. Alors que les reliefs karstiques résultent d'une altération/dissolution ruiniforme d'une couche carbonatée selon des fissures balafrant la roche, les rochers des Mourres correspondent chacun à une masse rocheuse jadis édifiée par le double jeu d'une sédimentation liée à une activité biologique. Ce sont des rochers issus d'un processus de construction et non le résultat hasardeux du seul phénomène de destruction. Ils correspondent à des structures préexistantes aujourd'hui dégagées par l'érosion qui leur restitue approximativement leur forme d'origine. Les rochers des Mourres s'inscrivent dans la partie supérieure d'une couche calcaire, dite calcaires de Reillanne. Il s'agit de calcaires massifs, légèrement crayeux et marneux, et localement fossilifères qui datent de la fin de l'Oligocène il y a de cela environ 25 millions d'années. Dans les bancs de calcaires auxquels appartiennent les rochers on peut observer des fossiles de planorbes et de limnées, gastéropodes d'eau douce dont la présence traduit une formation de la roche en milieu lacustre. À cette époque la région du Luberon, comme le traduisent de nombreuses autres formations rocheuses, était occupée par de grands lacs et le secteur des Mourres se situait non loin d'une zone deltaïque en bordure du lac. Le décor est campé, il ne suffit plus que d'imaginer le processus de « croissance » des rochers ! Les rochers des Mourres se seraient formés, en milieu marécageux, à partir de massifs d'herbiers aquatiques se développant à la surface de l'eau. L'édification d'un rocher vient du fait que son herbier constructeur accumulait du calcaire en le capturant et le stabilisant dans son « feuillage », l'induration du rocher en voie de construction étant aussi vraisemblablement favorisée par la précipitation du calcaire suite à l'activité photosynthétique des herbes. Lors de l'élévation du niveau d'eau du lac, les herbiers se développaient vers le haut, provoquant la croissance verticale du rocher qui s'indurait progressivement en partie basse, les herbiers étant à la poursuite de la surface et à la recherche de la lumière. Les différentes formes des rochers proviennent des différents régimes de développement des « herbiers - parents », la nécrose de leur partie centrale provoquant une croissance périphérique et la formation d'une vasque, par exemple. Autour des « rochers » en gestation s'accumulaient sensiblement les mêmes sédiments, mais non indurés par les herbiers, ce qui explique qu'ils sont aujourd'hui plus facilement décapés et rapidement évacués par l'érosion, nous laissant ce décor étonnant et très local des rochers des Mourres.

Source : François Michel, dans son article Les rochers des Mourres sur Futura-Science
Lire la suite

Masquer le texte

Votre avis - 0 Avi(s) - Note moyenne : 0/5

Aucun avis

Donnez votre avis sur cette randonnée

* tous les champs sont obligatoires

Note